Aller au contenu
Accueil » Blog mobilité urbaine » L’évolution stratégique de la billettique de Transport for London

L’évolution stratégique de la billettique de Transport for London

paiement sans contact

Dans le paysage dynamique des transports en commun londoniens, Transport for London (TfL) a opté pour un changement majeur en glissant progressivement de l’emblématique Oyster Card vers l’utilisation généralisée de la carte bancaire sans contact, promouvant ainsi un nouvel exemple de la smart city. Dans cet article, nous verrons ensemble quels sont les enjeux stratégiques, économiques et technologiques qui permettent à cet organisme de transport de transformer l’expérience clients au quotidien.

Comparaison de 2 options billettique à Londres

Oyster Card : un choix traditionnel

L’Oyster Card a longtemps été le compagnon fidèle des voyageurs assidus. Cependant, comme toute technologie, elle n’a pas été à l’abri d’une remise en question. C’est effectivement ce qui s’est produit avec l’arrivée de nouveaux supports de la billettique plus modernes. Néanmoins, elle présente plusieurs avantages qui continuent d’attirer l’attention comme :

  • Le suivi clair et détaillé des dépenses liés aux déplacements. Les utilisateurs peuvent facilement consulter leur solde et vérifier les trajets effectués.
  • Elle est également bien adaptée aux transports londoniens qui comprennent bus, tramways, trains et métros. Son utilisation reste donc synonyme de praticité et d’efficacité dans un environnement multimodal.
  • De plus, les détenteurs d’une Oyster Card bénéficient du plafonnement des tarifs. Cela signifie qu’au-delà d’un certain montant, ils ne paieront pas plus cher même s’ils effectuent plusieurs trajets dans la même journée.
  • Mais ce n’est pas tout ! Certains utilisateurs peuvent profiter de réductions spéciales sur des attractions touristiques, des événements culturels ou des partenariats avec des commerces locaux.
  • Enfin, une de ses particularités est la possibilité de la prêter à d’autres personnes.

CB sans contact : la nouvelle ère de la billettique

Pour autant, l’arrivée de la carte bancaire sans contact a marqué une véritable révolution dans le secteur des transports en commun et notamment à Londres. En particulier, l’irruption de la pandémie de Covid-19 a amené une prise de conscience sur la nécessité de minimiser les contacts physiques et de favoriser des moyens de paiement plus hygiéniques.

Dans ce contexte, la carte bancaire sans contact est passée d’une option pratique à une norme quasi incontournable. De ce fait, les lignes de contrôle ont intégré la norme EMV sur l’ensemble du réseau pour permettre l’utilisation de ce nouveau support. Il vient s’ajouter au smartphone ou à la montre connectée. Il élimine ainsi les risques de manipulation de la monnaie ou de s’engager dans un processus complexe.

paiement sans contact

Les enjeux stratégiques, économiques et technologiques

L’évolution de la billettique dans les transports en commun à Londres reflète donc un changement de cap très clair de la part de TFL. Cette bascule est le résultat de la convergence judicieuse de plusieurs facteurs qui sont étroitement liés à la modernisation des systèmes de paiement. Cette stratégie est à la fois motivée par le besoin de s’adapter aux demandes des usagers, et notamment des touristes ou des occasionnels, mais aussi par la nécessité d’améliorer l’efficacité du réseau de transports londoniens. Il ne s’agit donc pas d’un simple changement de support billettique, mais bel et bien d’une réponse proactive aux évolutions technologiques et aux attentes des voyageurs.

Les enjeux économiques

Importance des recettes tarifaires : comme tous les réseaux, le métro de Londres s’appuie fortement sur ses recettes tarifaires (achat de titres de transport) pour équilibrer son modèle économique. Elles représentent à elles seules plus de 70 % de son budget de fonctionnement, ce qui place TfL en tête de tous les réseaux européens. Cela va de pair avec l’optimisation de ses systèmes de collecte afin d’assurer sa bonne santé financière sur le long terme.

Absence de subventions gouvernementales régulières : contrairement à d’autres grandes villes européennes, TfL ne bénéficie pas d’aides récurrentes du gouvernement britannique pour couvrir ses coûts de fonctionnement liés au transport. Cette situation renforce davantage le besoin de maximiser son efficacité opérationnelle lui permettant ainsi de bénéficier d’une certaine indépendance financière.

Les enjeux stratégiques

Transition vers les cartes bancaires sans contact : l’une des stratégies clés de TfL consiste à migrer progressivement vers l’utilisation de cartes bancaires sans contact émises par toutes les banques. Ceci lui permet de réduire les coûts de distribution et de collecte tout en apportant une plus grande facilité d’usage aux voyageurs. Toute sa communication vise à favoriser cette migration.

Vers une disparition de l’Oyster Card ? : TfL a fait le choix d’abandonner à terme un système propriétaire qu’elle avait mis en œuvre pour l’Oyster Card pour s’orienter vers une approche ouverte et plus moderne. Ainsi, l’ancien support se marginalise peu à peu pour ne plus concerner que les enfants du fait qu’ils ne disposent pas de carte bancaire.

L’enjeu technologique

Les cartes bancaires sans contact ont le mérite d’offrir des avantages significatifs aux voyageurs. En effet, avec un tel support, le voyage est plus fluide et simplifié. En effet, la carte bancaire sans contact élimine les files d’attente aux distributeurs pour l’achat et la recharge d’un titre de transport, elle ne nécessite pas de savoir quel titre choisir (c’est le système billettique qui le détermine en fonction de l’usage), le plafonnement tarifaire est appliqué automatiquement en cas de voyages récurrents, le passage aux lignes de contrôle reste fluide. C’est un choix d’autant plus pertinent pour les nombreux touristes qui visitent la capitale britannique et se voient simplifier l’accès au réseau de transports en commun londoniens.

Conclusion

Nul doute que Transport for London a su s’adapter aux défis contemporains de la billettique dans les réseaux de transport en déployant une solution efficace et l’aidant à rester à la pointe des technologies tout en répondant à ses impératifs économiques. Ce système réduit aussi les risques de fraude et fait gagner du temps aux voyageurs. Cependant, il faut garder à l’esprit que le futur du réseau des transports en commun est une toile en constante transformation. Il convient d’en tenir compte pour s’adapter et être en phase avec l’évolution des attentes des voyageurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *