Accueil » Blog mobilité en ville et innovation » Que nous réserve la Réalité Augmentée ?

Que nous réserve la Réalité Augmentée ?

réalité augmentée

La Réalité Augmentée nous interpelle. Nous nous demandons : « A quoi peut bien servir la
superposition d’informations ou d’objets virtuels en 2D ou en 3D sur le monde réel ? ». Les réponses
sont en fait déjà multiples. Pour autant, proposer des innovations s’appuyant sur des usages pratiques reste encore à réaliser.

Ainsi, on pourrait afficher le nom d’un monument que l’on croise sur sa route et entendre son histoire. On pourrait aussi incruster une signalétique à l’intérieur d’un bâtiment et savoir qui est le personnel que l’on croise. En matière de mobilité en ville, on pourrait flécher l’itinéraire d’un piéton en surface pour le guider jusqu’à un point d’arrêt bus sélectionné…

Les nouvelles pistes de développement de la Réalité Augmentée

Jusqu’à présent, les applications faisant appel à la Réalité Augmentée nécessitaient l’emploi d’un
matériel particulier (écran, téléphone mobile, visière de casque ou verres de lunettes). Cela représentait un frein à son utilisation pour des usages quotidiens et fréquents. Or, depuis peu, on assiste à l’exploration de nouvelles voies.

Recherches menées par Babak Parviz de l’Université de Washington

 Il envisage le port de lentilles de contact spécifiques. Jusque-là utilisées pour corriger la vision, ces lentilles intègreront de l’électronique, de la photonique et d’autres composants. Elles pourront servir d’écran où s’afficheront des informations en superposition à la réalité visualisée. Elles intégreront également un capteur WiFi et une source d’énergie qui pourrait être d’origine solaire. Une fois la connexion établie, les informations pourraient ainsi arriver dans le champ de vision des utilisateurs. La question de la facilité d’adaptation au port de telles lentilles reste pour le moment pleine et entière. Les lapins ont jusqu’à présent été les seuls à les tester…

Source : La lentille de Réalité Augmentée de Babak Parviz (Crédits DR)

Recherche menée par Pranay Mistry au Medialab

Cette recherche a abouti à l’application « Sixth Sense » (Sixième Sens, en français) supervisée par Pattie Maes, responsable du Groupe des interfaces fluides au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Boston. Cette solution pourrait être plus rapidement mise en œuvre. En effet, elle présente l’avantage de ne pas utiliser d’accessoire posé à même le corps comme précédemment. Elle consisterait en un objet léger (bague ou collier intégrant une webcam) relié à un petit système de projection et à un miroir communiquant avec votre téléphone mobile. A l’occasion d’une conférence TED (Technologie Entertainment Design) en 2009, Pattie Maes a mis en avant le fait qu’un utilisateur pouvait avoir besoin à tout moment d’informations utiles pour prendre une décision. Différents objets pouvant servir pour l’interaction (un mur, une vitre, un T-shirt ou encore sa main) pourraient lui permettre d’y accéder sans devoir modifier son comportement habituel.

Source : Projet « Sixth Sense » – Projection d’une vidéo venue du Web sur un quotidien (Crédits DR)

Réalité Augmentée et mobilité en ville

D’autres voies sont actuellement à l’étude chez les constructeurs automobiles. Elles visent à superposer les informations utiles sur différents supports transparents tels que le pare-brise ou les vitres passagers des automobiles. Le conducteur pourrait ainsi à tout moment voir s’afficher des informations concernant son itinéraire, le trafic routier ou des données calculées ou transmises (vitesse de son véhicule, annonce d’un encombrement, par exemple). De leur côté, les passagers pourraient se distraire en ayant accès à des informations historiques, culinaires ou autres liées aux régions traversées.

Certains imaginent même supprimer à terme la signalétique routière et les panneaux publicitaires. Ils apparaîtraient alors sur la surface du pare-brise de l’automobile au fur et à mesure du déroulement de l’itinéraire selon les préférences du conducteur. Si cela peut améliorer le paysage, on peut néanmoins se poser la question de la sécurité pour la conduite. De fait, à l’information statique plantée physiquement dans un décor, se substituera en ce cas une information dynamique. Son affichage sera sans cesse renouvelé, ce qui est susceptible de distraire le conducteur.

En conclusion

Au-delà de la perception visuelle, la Réalité Augmentée peut également s’appliquer à l’ensemble de
nos perceptions qu’elles soient visuelles, tactiles ou auditives. Cela élargit encore davantage le champ des possibles. Ainsi, les domaines concernés vont des jeux vidéo à l’éducation, en passant par le cinéma, l’industrie ou le médical. On peut donc, sans risque de se tromper, lui promettre un succès
exceptionnel au cours des dix prochaines années. Il est aussi probable que la distinction entre Réalité Augmentée et réalité ordinaire tende à s’estomper progressivement du fait de son intégration dans notre quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.