Accueil » Blog mobilité en ville et innovation » Les objets connectés

Les objets connectés

IOT

Les objets connectés sont annonciateurs d’une nouvelle vague déferlante à travers l’Internet des objets. On parle même d’« Internet of Everything » car il n’y a plus de limite à la connectivité ni à l’innovation. Il peut s’agir d’objets physiques dotés d’électronique ou non et de différentes tailles. De plus en plus intelligents et autonomes, ils peuvent réaliser une infinité d’interactions (capter, stocker, traiter et transférer des informations en temps réel ou différé). A tout cela, il y a un corollaire : l’explosion des flux de données. Un jour sans doute, la réalisation par ces objets d’actions en notre nom sera possible grâce à leur capacité d’apprendre.

L’IDATE (Institut De l’Audiovisuel et des Télécommunications) estime à 15 milliards le nombre d’objets connectés actuellement contre 4 milliards en 2010. Au niveau mondial, d’ici 2020, ils pourraient atteindre le nombre vertigineux de 80 milliards, soit environ 6 objets connectés par personne. Les ordinateurs, les mobiles, les tablettes en font déjà partie. Pour autant, il y a également tous les capteurs qui équipent les voitures, les trains, les autobus, les systèmes d’alarme et la Smart City…

Les objets connectés en pleine convergence

4 tendances fondamentales ont favorisé cette convergence :

  1. Les capteurs ont vu leur puissance s’accélérer (loi de Moore) et leur autonomie énergétique croître
  2. Le Cloud permet de stocker toutes les données générées par ces capteurs et d’y accéder depuis n’importe où
  3. Le mobile et la tablette permettent de consulter et d’agréger ces données facilement
  4. Le Big Data peut s’utiliser pour extraire de la valeur à partir des données générées.

Qui plus est, le « machine learning », un des champs de l’intelligence artificielle, va permettre le développement, l’analyse et l’implémentation de méthodes automatisables. Ainsi, cela permettra de rendre une machine (au sens large) capable d’évoluer grâce à un processus d’apprentissage automatique.

Perspectives et opportunités autour des objets connectés

CISCO estime à 14 000 milliards de dollars le business qu’apporteront les objets connectés d’ici 2020. La variété des domaines couverts est extrême : voiture autonome connectée, bâtiments et réseaux intelligents, nouvelles IHM, agriculture connectée…

En France, les objets connectés constituent un enjeu stratégique et un énorme gisement de croissance. Les organisations tant publiques que privées doivent absolument s’en saisir pour relancer l’économie française. Ils font d’ailleurs partie des 34 projets d’avenir annoncés en septembre 2014 par François Hollande.

Les objets connectés nous offrent également des opportunités pour nous aider à relever un certain nombre de défis auxquels nous devons faire face. Vieillissement de la population, explosion du coût de la santé, réchauffement climatique, alimentation et agriculture. Cela concernera bientôt 9 milliards d’habitants sur Terre. S’y ajoute l’hypertrophie des transports dans un monde de plus en plus urbain…

Quelques-uns des défis relevés par les objets connectés

La dynamique de digitalisation s’applique désormais à tout, y compris aux villes et aux territoires. La ville regroupe des écosystèmes qui fonctionnent de plus en plus en réseaux (énergie, eau, mobilité, données…). Antérieurement, on privilégiait l’approche en silos. Aujourd’hui, cette ouverture favorise l’émergence et le développement d’idées. Elle génère également des collaborations et des activités économiques nouvelles. Cela transformera à terme la ville dans sa globalité.

Ainsi, la production d’énergie jusqu’alors centralisée intègre désormais d’autres logiques. Production locale d’énergies renouvelables, gestion du confort individualisée et ressources partagées sont les nouvelles voies dans une approche écoquartier.

IssyGrid

IssyGrid à Issy-les-Moulineaux comporte un écosystème résidentiel et un écosystème business qui communiquent entre eux. Ainsi, les habitants, les entreprises, les commerces et la ville ont pu bénéficier de multiples services développés grâce aux données partagées.

Autolib’

Le service de véhicules électriques en autopartage de Bolloré est décliné à Paris sous la marque Autolib’. Les véhicules sont connectés 24 jours/24 et 7 jours/7 à un centre d’appels. On peut y accéder directement dans le véhicule ou à partir de bornes implantées sur la voie publique. L’identification de l’utilisateur grâce à son badge lui permet de bénéficier d’un ensemble de services personnalisés stockés dans le Cloud. Le système connaît aussi en temps réel les places disponibles pour se garer à l’arrivée et en réserve une automatiquement.

Vieillissement de la population

Le vieillissement de la population avec d’ici 2030 2 fois plus de personnes de plus de 65 ans atteintes de maladies liées à la vieillesse et de moins en moins de médecins. Les objets connectés offrent la possibilité de recueillir en temps réel des données sur l’état physiologique et biologique de ces personnes de manière non intrusive et selon une approche préventive.

La PillCam

La PillCam est une capsule endoscopique de petite taille dotée d’une caméra. Une fois ingérée par le patient, elle transite en toute sécurité dans son tractus digestif. Les données recueillies sont alors transférées depuis la capsule vers un ordinateur. Le médecin peut alors visualiser l’œsophage, l’intestin grêle ou le colon. Cela lui permet de détecter et diagnostiquer les troubles éventuels du patient. En outre, l’utilisation d’un champ magnétique permet de positionner la capsule à l’endroit précis requis par l’examen.

En conclusion

Nous pouvons affirmer que  les objets connectés sont déjà largement présents dans notre vie quotidienne. Cette présence va s’accroître encore davantage dans les années à venir. Dès lors, les données personnelles recueillies directement ou indirectement, et parfois même à l’insu des personnes, peuvent mettre en danger leur vie privée. Ceci est d’autant plus vrai si des failles de sécurité permettent à des hackers de se les approprier par intrusion dans les systèmes. C’est pourquoi le système informatique et le traitement des données personnelles mis en place par tout fournisseur de service doivent faire l’objet de toutes les attentions. Cela vaut non seulement en phase de développement, mais aussi en cours d’exploitation pour permettre à l’utilisateur d’avoir des garanties qui lui assurent que ses droits ne risquent pas d’être menacés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.