Aller au contenu
Accueil » Blog mobilité en ville et innovation » Les gares, un écosystème en plein développement

Les gares, un écosystème en plein développement

Gares

A leur création, le statut des gares était celui de zones de transit uniquement dédiées au transport de voyageurs. Cependant, au fil du temps, ce statut a progressivement évolué vers celui de lieux de vie en communication avec la ville. De ce fait, de nouveaux services y ont cohabité en supplément de ceux dédiés au transport pour accompagner la mobilité des voyageurs.

Les différents services en gares

Désormais on peut y trouver :

  •  Des services marchands proposés par des enseignes de restauration rapide, des supérettes et des boutiques spécialisées (presse, prêt-à-porter, parfumerie, culture, loisirs, convenience stores…). Plus récemment, des salons de coiffure, des pharmacies et des laboratoires d’analyses médicales y ont vue le jour. Autrement, on y trouve couramment des appareils automatiques (distributeurs de friandises et de boissons, Photomaton, cabines téléphoniques…)
  •  Et des services non marchands tels que la distribution de journaux gratuits, des animations musicales, culturelles et sportives éphémères. D’autres commodités sont aussi accessibles (toilettes publiques, services sociaux, retrait de lettres recommandées et de colis, boîtes à lettres…).

Très souvent, de petits commerces ambulants (pizzeria, rôtisserie, fruits et légumes…) viennent s’installer en fin d’après-midi directement à la sortie des gares. Ainsi, ils profitent de la chalandise qui se présente tout naturellement à eux.

L’impact du numérique dans les gares

Plus récemment, le numérique et les appareils mobiles (PC portables, puis smartphones et tablettes) ont conduit au déploiement d’infrastructures réseau 4G. De même, des points d’accès WiFi permettent aux voyageurs de continuer à téléphoner ou d’aller sur Internet pendant leurs déplacements. Cela évite que les transports en commun ne soient vécus comme une rupture dans les usages les plus répandus.

L’ensemble des services délivrés permet aux voyageurs de vivre leur mobilité comme un temps de vie à part entière. Ce n’est plus vécu comme un temps perdu. Ce faisant, ils peuvent optimiser l’organisation de leur journée, tout en restant connectés au monde extérieur pendant leurs déplacements.

Les gares, pour les plus grandes d’entre elles, et particulièrement celles des réseaux ferrés, sont de véritables lieux d’échanges. On parle aussi de « nœuds » ou de « hubs ». En effet, elles concentrent, au sein de larges espaces, des flux de voyageurs très importants. Ils représentent une très importante valeur marchande. En plus d’être des lieux de mobilité, elles sont aussi devenues des lieux de consommation. Certaines s’apparentent même à de véritables centres commerciaux.

L’évolution des comportements en situation de mobilité

Cette évolution liée aux nouveaux comportements de consommation en situation de mobilité et de nomadisme des voyageurs bénéficie à tous les acteurs de l’écosystème. 

  • Les voyageurs y vivent une expérience positive pour les raisons évoquées précédemment.
  • Les gestionnaires des gares en tirent des revenus via les redevances perçues du fait de l’occupation des espaces.
  • Les sociétés foncières aménagent les surfaces situées dans, sous, au-dessus ou à proximité immédiate des gares. Cela amène la création d’espaces commerciaux, de logements, de salles de réunions ou de télétravail…
  • Les partenaires privés (enseignes, régies publicitaires…) et les partenaires publics (services sociaux, La Poste…) tirent parti des flux importants de voyageurs en transit. Les non voyageurs peuvent aussi bénéficier de ces services dès lors qu’ils habitent ou travaillent à proximité de la gare.
  • Les collectivités locales sont directement impactées aux plans environnemental, économique et social par la présence des gares sur leur territoire.
  • L’Autorité Organisatrice des Mobilités met à profit les recettes hors transport. En effet, elles viennent s’inscrire en diminution des budgets accordés aux opérateurs de transport pour leur activité de transport de voyageurs.

 

De ce fait, l’implantation d’une gare, quelle que soit sa taille, est fortement structurante par rapport à l’environnement urbain de proximité où elle est située. Elle contribue à son expansion économique et sociale et à la valorisation de son foncier. Les facilités d’accès que procurent les transports en commun en sont la cause. Il en sera de même pour les 72 nouvelles gares du Grand Paris Express.

Les gares : un terrain de recherche et d’expérimentations

Les gares ont fait et font encore l’objet d’actions de recherche, d’expérimentations, d’études et de réflexions. Cela concerne leur devenir en matière de services aux voyageurs, d’évolution de leur statut et de l’intervention de la puissance publique pour le développement de ces services.

Leur statut est actuellement en débat au niveau européen ainsi que les modalités de leur gouvernance. En effet, elles représentent un véritable enjeu d’aménagement régional et une composante majeure de la maîtrise des évolutions territoriales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *