Accueil » Blog mobilité en ville et innovation » La Chine déploie sa route intelligente

La Chine déploie sa route intelligente

Route intelligente

Dans le domaine de la mobilité, la Chine a beaucoup investi dans les véhicules connectés et dans les véhicules autonomes. Aujourd’hui, en complémentarité, elle s’intéresse à la route intelligente. En effet, elle a pour objectif de devenir le leader des véhicules autonomes avec une part de marché représentant 10 % du parc mondial. Or, son marché est déjà le plus important au monde pour ce qui concerne les voitures électriques.

Deux sociétés de Shanghai, soutenues par le Gouvernement chinois, ont investi dans sa mise en œuvre et développé une ingénierie routière innovante. Il s’agit de : Qilu Transportation Development Group et Emperyland New Energy Technology. La première est spécialisée dans la construction d’infrastructures de transport. La deuxième développe des solutions d’énergie verte répondant au principe de développement durable.

La solution de route intelligente mise en œuvre

L’infrastructure en cours de déploiement en Chine constitue un véritable système routier intelligent. Elle doit accompagner le déploiement de la conduite de véhicules autonomes. Cela se passera prioritairement en Chine, puis dans tout autre pays intéressé par cette solution. L’infrastructure devrait être opérationnelle à l’horizon 2022.

Elle comporte un revêtement spécifique qui intègre sous une couche de béton transparent des cellules photovoltaïques. Celles-ci sont placées dans un pavé de forme hexagonale de 70 cm de large. Il est capable de résister à des amplitudes thermiques allant de – 40 °C à + 50 °C pour une durée de vie minimale de 50 000 heures. 

Ces pavés très résistants ont pour rôle d’accumuler l’énergie solaire. Ensuite, ils vont la convertir en électricité en électricité grâce à des micro-onduleurs.. Pour finir, ils alimenteront par induction électromagnétique la batterie des véhicules électriques (autonomes ou pas) qui rouleront dessus. C’est pourquoi ils sont équipés d’une batterie lithium et de six panneaux photovoltaïques en silicium monocristallin.

Par ailleurs, des capteurs implantés dans la chaussée collecteront en temps réel différents types de données. Elles vont concerner la circulation, l’état des véhicules, la météo… Ainsi, ces capteurs seront en capacité de recevoir des mises à jour sur l’état du trafic et l’itinéraire du véhicule.

Un terrain de jeu conséquent

Afin de pouvoir expérimenter en grandeur réelle cette innovation, un premier tronçon de route d’une longueur de 161 kilomètres est en cours de déploiement. Il reliera les villes de Hangzhou à Ningbo.

Les data enregistrées par les capteurs serviront à alimenter un système intégré de détection, de surveillance et de prévision du trafic routier. L’objectif visé est d’améliorer grâce à ces data sa fluidité et sa sécurité. Pour autant, elles serviront également à guider de manière plus efficace les véhicules autonomes. Ainsi, une véritable interface route / véhicule est en cours d’élaboration.

Pour autant, l’approche adoptée est de nature systémique. En effet, elle vise à associer à ces pavés intelligents des lampadaires solaires fonctionnant en relation avec eux. Chacun d’eux pourra générer 3,8 kWh d’électricité alors qu’il en consomme 5 fois moins pour l’éclairage.

Le surplus d’énergie sera stocké et redistribué pour alimenter en électricité les panneaux de signalisation, les caméras de surveillance, l’éclairage des tunnels et les péages. Il pourra aussi servir à assurer le dégivrage ou le déneigement de la route sans aucune intervention humaine sur le terrain. Les installations situées à proximité pourront également en profiter.

De ce fait, l’usage des routes tel que nous le connaissons actuellement est en train de vivre une rupture radicale. En effet, on passe d’un support inerte à un support intelligent, interactif et durable. Ce support reçoit de l’énergie et de la data pour les transformer en électricité et en information redistribuées ensuite sous différentes formes. Au-delà de l’aspect technologique certes intéressant, ce sont aussi de nouveaux business modèles tout aussi captivants qui émergent (abonnements aux data packagées, création de nouveaux services d’information, Smart Grids routiers…). Voilà qui place pour le moment la Chine en bonne position pour devenir le leader du véhicule autonome et de la route intelligente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *