Aller au contenu
Accueil » Blog mobilité en ville et innovation » « Hype Cycle » 2015

« Hype Cycle » 2015

Hype Cycle

Comme chaque année depuis 2005, le Groupe Gartner a publié son rapport annuel intitulé le « Hype Cycle ». Celui-ci livre une analyse des quelques 2 000 technologies à forts enjeux stratégiques pour les 10 années à venir en matière d’innovation.

Dans un précédent post, nous avions commenté la courbe caractéristique de l’« Hype Cycle ». Elle suit l’évolution des technologies, depuis leur émergence jusqu’à leur déploiement sur le marché. Nous vous avions également signalé celles qui étaient considérées parmi les plus prometteuses, à savoir : l’Internet des objets, le Big Data et les machines autonomes.

Cette année, nous vous proposons de regarder comment les choses ont évolué en un an. Nous verrons aussi quelles sont les technologies auxquelles les organisations doivent absolument s’intéresser en 2016 du fait de leur rapide progression sur la courbe.

Les technologies qui tiennent leur promesse

L’Internet des Objets de même que les technologies portables (« wearable technologies ») sont de plus en plus présents dans les objets et les vêtements que nous portons. Elles le sont aussi dans les bâtiments (il est beaucoup question de la maison connectée) et dans les équipements industriels et domestiques autour de nous. On le voit dans leur positionnement au sommet de la courbe. Elles devraient exploser sur des secteurs d’activité extrêmement variés au cours de l’année 2016. Il s’agit là d’un terrain particulièrement propice à l’innovation de services.

De même, les véhicules autonomes ont connu un véritable emballement au cours de l’année 2015. Cela a donné lieu à des expérimentations de plus en plus poussées aux États-Unis, mais également en Europe. Ainsi, les constructeurs automobiles ont pris conscience que, s’ils ne se mobilisaient pas face à des acteurs tels que Google et Apple, ils risquaient de voir leur rôle réduit sous peu à celui de fabricants de châssis et de carrosserie. Pour autant, le combat est bien loin d’être gagné face à la puissance financière de ces deux géants !

D’ici 2020, nous devrions voir sur les routes davantage de véhicules intégrant des fonctions autonomes de plus en plus poussées. On peut s’attendre aussi à l’utilisation en site propre et/ou protégé de véhicules totalement autonomes. Il sera aussi question d’infrastructures intelligentes (routes, espaces publics…) qui communiqueront avec les véhicules qui traverseront leur champ d’interaction.

… Celle qui n’apparaît plus dans l’Hype Cycle

Le Big Data en tant que tel n’apparaît plus sur la courbe de 2015. Gartner considère, en effet, que désormais de très nombreuses technologies (maison connectée, Internet des objets, conseillers intelligents, etc.) qui sont ou arrivent sur le marché produisent toutes des volumes considérables de données de nature hétérogène. Ensuite, elles sont consolidées dans des bases de données pour être analysées de manière de plus en plus automatique. C’est en tout cas un signal d’alarme fort lancé aux acteurs qui n’auraient pas encore intégré le Big Data dans leur stratégie numérique.  alors que la plupart des organisations s’y sont déjà engagées !

… Et celles qui émergent

Parmi les technologies qui risquent d’atteindre le seuil de maturité d’ici 2 à 5 ans, citons :

  • L’impression 3D professionnelle. Cette technologie était jusqu’alors surtout présente dans les FabLabs.Désormais, elle est prise en compte par les petites et moyennes entreprises pour réaliser des prototypes ou de petites séries
  • La monnaie électronique peer-to-peer. Il s’agit d’une monnaie elle que le bitcoin. C’est à la fois une devise monétaire virtuelle et un système de paiement utilisant cette devise. Elle génère des frais de transaction bien plus bas que ceux appliqués par Visa, Mastercard ou PayPal
  • Le cloud hybride. Ce cloud intégré utilise à la fois des clouds privés et publics pour remplir différentes fonctions dans une organisation afin de maximiser son efficacité. Par exemple, cloud public pour les opérations non sensibles versus cloud privé pour celles qui le sont
  • Le machine learning. On l’appelle aussi apprentissage automatique. Il s’appuie sur l’intelligence
    artificielle. Progressivement intégrée dans nos ordinateurs et nos mobiles, il va l’être aussi dans la robotique de service. Cela risque de totalement transformer la relation homme/machine
  • La traduction simultanée. On parle ici de l’interprétation en temps réel d’un échange entre deux personnes de langues différentes. Cela facilitera de fait la communication entre elles. Nous en avons déjà un bon aperçu avec Skype Translator de Microsoft.

 

Par contre, d’autres technologies émergentes mettront beaucoup plus de temps à décoller. C’est le cas de la bioacoustique, du smart dust (poussières intelligentes), de l’informatique quantique et des interfaces cerveau/ordinateur.

En conclusion

Pour autant, il appartient aux collectivités territoriales comme aux grandes entreprises d’encourager les expérimentations en relation avec les PME, TPE et startups porteuses d’offres intégrant ces technologies prometteuses et émergentes. En ce sens, le lancement d’appels à projets et à manifestation d’intérêts sur des cas d’usages spécifiques leur proposant des terrains de jeu est la formule idéale. Ces deux conditions manquent, en effet, cruellement aux entreprises pour exprimer leur créativité et apprendre plus rapidement par des retours d’expérience terrain au contact de vrais utilisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *