Aller au contenu
Accueil » Blog mobilité en ville et innovation » Et si le réseau d’éclairage devenait votre réseau de communication !

Et si le réseau d’éclairage devenait votre réseau de communication !

Le LiFi (Light Fidelity) qui s’appelait à l’origine Visible Light Communication (VLC) est une technologie émergente très originale et prometteuse. En effet, il utilise des ondes lumineuses émises par les LEDs servant à l’éclairage pour transmettre sans fil des flux de données à très haut débit. Cette innovation permet de répondre aux attentes et besoins considérables de communication émanant du grand public, à savoir :

La saturation de la bande des fréquences radio

Les fréquences radio deviennent une ressource qui se raréfie. Cela est dû à l’augmentation explosive du trafic mondial des données. La prolifération des terminaux connectés à l’Internet mobile (smartphones, tablettes…) et l’avènement du machine à machine (Internet des objets) devraient accentuer encore davantage cet état de fait. Le trafic généré est estimé pour 2015 à 6,3 exabytes par mois, soit 6,3 x 10 18 bytes (étude publiée par CISCO en 2011).

La demande croissante de connectivité sans fil

Dès 2005, l’ARCEP tirait quant à elle la sonnette d’alarme. En effet, elle voulait signaler que « la liberté offerte par les technologies sans fil repose sur la disponibilité de ressources en fréquences dont le périmètre est physiquement borné ».

La diminution de la pollution électromagnétique

Par ailleurs, les technologies sans fil telles que le WiFi, le Bluetooth, la 3G et la 4G… de plus en plus développées ont engendré une nouvelle source de pollution. Elle s’appelle la  » pollution électromagnétique « . Les études de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) sur le rayonnement micro-ondes ont, quant à elles, suscité chez les consommateurs une demande de technologies douces applicables aux TIC.

Les principes de la technologie LiFi

Du fait de la saturation actuelle des fréquences radio, le spectre des fréquences optiques utilisées dans l’éclairage classique a été exploité pour mettre en œuvre un « WiFi optique ».

Les LEDs en tant que semi-conducteurs dont les temps de commutation sont faibles s’avèrent être les mieux adaptés pour transmettre de l’information par modulation d’amplitude, contrairement aux ampoules incandescentes ou halogènes dont les temps de commutation sont beaucoup plus lents.

Les données à transmettre sont codées avec un codage de type On / Off, c’est-à-dire qu’on allume la LED pour envoyer des 1 ou on l’éteint pour envoyer des 0. La vitesse de clignotement étant très supérieure à celle perceptible par l’œil humain, cela passe totalement inaperçu. Le LiFi diffuse ainsi environ 40 fois plus d’informations que le WiFi et permet de transmettre à distance un contenu multimédia (vidéo, son, géolocalisation…) à une tablette ou à un smartphone.

Les nombreux avantages du LiFi

  • Bande de fréquences totalement libre et sans licence d’exploitation à l’échelle mondiale
  • Aucune interférence avec les ondes radio et de brouillage électromagnétique
  • Sécurisation accrue de la communication (les ondes optiques ne traversent pas les murs ; limitation à la zone d’émission)
  • Communication sans fil à très haut débit avec une limite théorique de 1 Gbits/s par LED émettrice
  • Possibilité de communication multi-utilisateurs
  • Omniprésence des LEDs dans l’éclairage industriel et domestique et dans les signalétiques urbaines
  • Coût de mise en œuvre réduit, l’installation d’une infrastructure dédiée ou le câblage des locaux étant inutiles
  • Aucun risque de pollution électromagnétique pour les utilisateurs
  • Standard international (norme 802.15 de l’IEEE).

 

Les usages du LiFi

Il convient de noter que le LiFi opère dans le spectre visible. Il se trouve bloqué dès lors qu’il rencontre un corps opaque (mur, meuble, être humain…). Par ailleurs, cette technologie est monodirectionnelle. Il n’est donc pas un réseau IP classique et ne permet pas de se connecter à l’Internet.

De ce fait, le LiFi semble avoir des usages plus limités. Toutefois, il se révèle approprié à des projets particuliers tels que :

  • La géolocalisation indoor (dans les gres et stations, aéroports, centres commerciaux, hôpitaux, musées…) sans avoir recours au GSM ni au WiFi. Sa précision est de l’ordre de 10 cm
  • La virtualisation de la signalétique pour la rendre accessible aux sourds, aux malentendants et aux malvoyants
  • L’interaction avec des objets pour accéder à des contenus multimédia (espaces publicitaires, vitrines…)
  • La gestion des temps d’attente par des divertissements (parcs d’attraction…).

Cette technologie est donc porteuse de grandes promesses et il est vraisemblable qu’elle donne lieu à de très nombreuses innovations de service au cours des prochaines années en se couplant à d’autres technologies qui viendront enrichir ses potentialités.

 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *