Accueil » Blog mobilité en ville et innovation » De la nécessaire transformation numérique des entreprises françaises

De la nécessaire transformation numérique des entreprises françaises

Transformation numerique

Le numérique est désormais partout. Fidèle compagnon de notre quotidien selon le principe ATAWAD (AnyTime AnyWay AnyDevice) inventé par Xavier Dalloz, on peut désormais y ajouter AnyCloud. Depuis les années 1990, le PC, puis le smartphone et la tablette ont totalement bouleversé nos façons de vivre, de travailler et de nous divertir. Pour autant, il faut encore s’attendre à d’autres innovations bien plus « décoiffantes » dans les années à venir…

Pourquoi cette transformation numérique ?

Les raisons de cette transformation numérique sans fin tiennent à plusieurs faits.

  1. La baisse continue des coûts de l’informatique et des télécommunications désormais accessibles à tous (selon la célèbre loi de Moore)
  2. Les cycles d’innovation technologiques de plus en plus courts qui imposent un rythme d’innovation permanent
  3. La démultiplication de la créativité en dehors des entreprises. Ainsi, elle leur échappe du fait de la multitude des individus qui se sont emparés des technologies.

 

Les entreprises françaises et la transformation numérique

L’étude du Cabinet Roland Berger de Septembre 2014 révèle que, pour bon nombre d’entre elles, la transformation numérique n’est toujours pas à l’ordre du jour. Pourtant, le numérique représente une opportunité exceptionnelle de croissance de leur chiffre d’affaires et une amélioration reconnue du bien-être professionnel de leurs salariés.

Ainsi, certaines entreprises préfèrent adopter une attitude attentiste. Elles évoquent pour se justifier qu’elles veulent éviter toute contradiction culturelle et remise en cause de situations établies. Dans les faits, elles ne veulent pas se lancer dans leur transformation numérique. En cela, elles rappellent l’autruche qui se cache la tête dans le sable. Elles font penser aussi à l’allégorie de la grenouille qui, pour n’avoir pas réagi à la montée progressive de la chaleur de son bocal, est morte.

Au contraire, Google, Apple, Facebook et Amazon, 4 grandes firmes américaines dont la moyenne d’âge est égale à 22 ans, sauf Apple, et une multitude de « pure players » l’ont parfaitement compris. Aujourd’hui, ils surfent allègrement sur la vague du numérique et dominent le marché mondial. Ce faisant, ils s’accaparent progressivement, mais sûrement des activités traditionnelles dans tous les secteurs.

Qu’apporte la transformation numérique aux entreprises ?

Pourtant, les entreprises françaises trouveront plusieurs intérêts à se transformer numériquement.

Le développement d’une culture numérique

La transformation numérique constitue un puissant atout pour fédérer le personnel d’une entreprise. Cependant, il faut qu’une culture numérique interne soit développée. Pour autant, cela n’a rien à voir avec le fait technologique.  Cette culture doit être transversale, ouverte et partagée avec l’appui et l’implication forte de la Direction Générale de l’entreprise.

L’amélioration de la performance financière de l’entreprise

En misant sur la transformation numérique, les entreprises peuvent remettre à plat leur organisation, leurs processus, la production et la distribution de leurs produits et services. Par là même, elles peuvent faire baisser leurs coûts de production, dégager des marges plus importantes en travaillant sur l’innovation produit. Y seront associés des services à forte valeur ajoutée. La réduction de leurs délais de mise en œuvre et l’émergence de nouveaux modèles économiques pourront aussi s’y ajouter.

La maximisation de l’efficacité opérationnelle et de l’agilité des équipes

Le fonctionnement en mode projet avec des équipes pluridisciplinaires cassant les silos internes, des collaborations actives représentent autant de pistes intéressantes. De même, des coopétitions avec des partenaires extérieurs, l’apprentissage de nouvelles méthodes de conception, l’ouverture de boîtes à idées, la mise en place de systèmes d’Open Data permettront d’améliorer son efficacité opérationnelle et son agilité. Cela favorisera aussi le brassage des cultures et la multiplicité des expériences.

La valorisation d’une expérience client hors du commun

On a souvent tendance à limiter l’expérience client à l’achat et à l’utilisation d’un service ou d’un produit. En fait, elle va en fait bien au-delà. Qui plus est, elle est source de différenciation par rapport à la concurrence. En ce sens, la transformation numérique est une occasion rêvée pour pratiquer de nouvelles manières de gérer l’expérience client. Parmi celles-ci, on peut citer : Small Data, réorganisation des processus, capacité d’écoute et d’empathie du personnel vis-à-vis des clients, déclenchement d’émotions positives avec le fameux effet « Wouah ! ».

Vers une nouvelle approche

Dans son livre : « Open Innovation : The new imperative for creating and profiting from technology » paru en 2003, Henry Chesbrough propose une nouvelle approche. Concernant le processus d’innovation et de création de valeur, elle est plus ouverte et collaborative.

En effet, les entreprises ne sont pas le seul endroit où l’on peut générer des idées. Celles-ci peuvent aussi bien provenir des clients, des fournisseurs, des universités que d’autres parties prenantes. Cela va leur permettre d’élargir le champ des possibles et de s’orienter vers des opportunités non imaginées.

Il convient désormais de repenser l’entreprise comme faisant partie d’un écosystème de valeur dynamique. Il va mettre en « percolation » les ressources disponibles aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur pour plus de performance. A ce titre, le terme d’ « entreprise poreuse » peut être retenu pour exprimer ce concept.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *